team

CHARLOTTE SALUSTE BRIDOUX, violoniste

Née en 1996, Charlotte Saluste-Bridoux commence le violon à l’âge de 3 ans. Elève du Conservatoire de Montpellier, elle obtient la médaille d’or en 2008, à l’âge de 12 ans. Lauréate du concours international de Bellan, Paris, en 2008.
En septembre 2009, suite à une rencontre déterminante avec Natasha Boyarsky, elle intègre la prestigieuse Yehudi Menuhin School de Londres et y termine actuellement sa formation.
Charlotte s’est produite notamment au Wigmore Hall, au Barbican Music Hall de Londres, au Banstead Festival, à la Salle Molière de Montpellier, et au Gstaad Menuhin Festival, au festival de Pâques à Deauville.
Son premier disque paraîtra chez les Discophiles Français en 2014.

Charlotte Saluste-Bridoux joue un violon J.F. Guidantus (Bologne) de 1724 prété par la Fondation Zilber.

La carte d’identité musicale de Charlotte Saluste-Bridoux:

⇒Qu’est-ce qui vous a conduit à la musique ?
Ma mère et ses cours de violon, et mon quasi refus du piano

⇒Pourquoi avoir choisi……. le violon ?
Ça crie, c’est fort et c’est petit comme moi et pourtant c’est très expressif

⇒Qui ou qu’est-ce qui vous a donné envie de le pratiquer ?
Ma mère et grand-père

⇒Votre premier choc musical ?
Les tambours qui jouait derrière ma mère enceinte de 7 mois dans l’orchestre- j’ai tambouriné en retour

⇒Dans votre discipline, quel musicien vous inspire ?
Ginette neveu , Maurice Gendron, le gitan roumain de la rue de la loge à qui j’ai joué quand j’avais 6 ans et qui était le premier à part ma famille à me dire de travailler et à me faire comparer des enregistrements

⇒Qelle est pour vous « la référence » absolue?
Il n’y en a pas mais je me réfère toujours à Oistrakh en tant que base, ensuite je cherche quelque chose plus typé qui me plairait

⇒Pourquoi ?
Il est russe, bonne technique, gros, intelligent et traqueur donc fiable.

⇒Quel professeur vous a le plus marqué durant vos études ?
Ma prof actuelle Natasha Boyarsky

⇒ Pourquoi ?
Elle me soutient dans tous les domaines et réussi à soutirer du vrai travail de ma nature paresseuse sans forcer- chose tout à fait surnaturelle

⇒ Pratiquez-vous la musique de chambre ?
Parfois

⇒Avec qui ?
Des amis de l’endroit où j’étudie – nous avons un quatuor désigné à chaque début d’année

⇒ Quel est le fil rouge, quel lien entre les œuvres?
Ces quelques pages allient merveilleusement l’élégance à la virtuosité, l’émotion à la noblesse du violon

⇒ Enregistrement de CD ?
Cet automne, un récital, produit par les discophiles français

⇒ Quel disque emporteriez-vous sur une île déserte ?
L’intégrale de Schubert et Brahms ? Sinon juste le quintette à cordes Rostropovitch et le Melos Quartett

⇒ Quel disque offririez-vous à votre meilleur ami ?
Mes meilleurs amis sont toujours violoncellistes, auquel cas Prokofiev sinfonia concertante par D.Shafran – malgré son presque non respect de l’œuvre – son interprétation est vraiment très spéciale et touchante

⇒ Le 1er disque que l’on vous a offert ?
Pierre et le loup quand j’étais gosse